Notre actualité

Un ciné débat très suivi !

Le mardi 16 avril, au Campus des Solidarités, Saint-Brieuc, une assemblée nombreuse – plus de 120 personnes – professionnels, jeunes en formation, aidants familiaux, ou personnes soucieuses de leur « devenir de sénior », a vu le film « Un jour, tu vieilliras » d’Edouard Carrion. Ils ont pu suivre avec intérêt, Suzanne, 81 ans, et les siens, dans une fiction très touchante, qui a suscité l’émotion, et parfois l’indignation, et a donné lieu à un bel échange entre le réalisateur, le Dr Jean Marc Géniole, et la salle.  

« Très émouvant, très juste, on s’est mis à la place de plein de gens » dit  une jeune préparant un DEAES (diplôme d’Etat d’Accompagnant éducatif et social).

La place du fils de Suzanne, coincé entre son travail, sa famille, et sa mère veuve et isolée, fait réagir. Le film rejoint des situations réelles vécues par des séniors, des aidants familiaux, ou des professionnels. Une spectatrice témoigne ainsi avoir accompagné sa maman, à domicile, avec des troubles cognitifs : « Il y avait autant de personnes nouvelles que d’interventions. C’était difficile. (…) Il fallait chaque fois la rassurer, lui expliquer qui était la personne et pourquoi elle venait. »

Une formatrice, des métiers de l’aide à la personne, alerteégalement sur l’extrême difficulté de recrutement, et le manque de financement, dans ce secteur : « Il faut nous donner les moyens, alors qu’en ce moment, on entend des pubs où on vous recrute sans CV, sans expérience ! »

Un autre professionnel renchérit : « Nous sommes dans une société validiste, de l’argent. (…)En 2030 les + de 75 ans vont doubler ! »

« Penser dès aujourd’hui son habitat de demain » est une question qui fait réagir. Et des pistes très positives et concrètes sont évoquées. Une habitante de l’agglo évoque un « bus du jeudi » qui vient chercher les personnes âgées, et des repas intergénérationnels organisés sur sa commune. Une future habitante de Coéo explique « (…) avec l’allongement vie, il y a une « zone grise  » entre la retraite et la dépendance (…) une période quand on n’est pas dépendant, la solution de l’habitat partagé peut y répondre. »

Car, comme l’ont rappelé le Dr Géniole et Edouard Carrion, que nous remercions vivement pour leur présence : le « bien vieillir » ça se prépare et ça s’apprend !

C’est dans la convivialité que s’est achevé ce bel après-midi autour d’un gouter. Les participants pouvaient laisser leur contact afin d’être conviés à d’autres temps de réflexion sur ces sujets si importants.

Merci au Centre Social La Ruche, et au Campus des Solidarités Askoria, pour ce partenariat avec Coéo, l’un avec l’autre.